petit bac 2014: un bâtiment pour "Opération liste à lire"

J'ai retrouvé avec beaucoup de plaisir les personnages de La terre des mensonges, lu cet été sur les routes scandinaves.

Des personnages sympathiques, bien que fort différents les uns des autres. Je demande d'abord les frères : un entrepreneur de pompes funèbres, dont le rêve le plus cher est d'équiper son appartement d'un sauna ; un concepteur de vitrine pour les magasins chic de Copenhague, collectionneur de miniatures Swarovski ; un éleveur de porcs, qui vivait avec sa mère, décédée dans le tome 1, et avec son "père", un homme étrange et taciturne. Puis je demande la fille (celle du troisième frère, l'éleveur) : une spécialiste du dressage des chiens domestiques, prise entre les caprices et lamentations de sa mère, le caractère bourru de son père, et des aventures sentimentales parfois décevantes. Une des choses qui m'avait plu dans le premier tome et qui revient - peut-être même davantage - dans le deuxième, c'est la description assez minutieuse des métiers de chacun. D'un chapitre à l'autre, on vit le quotidien de ces quatre personnages principaux, et, même si on n'y connaît rien aux porcs, aux chiens, aux cercueils ou aux vitrines, on apprend à s'y connaître, et on a l'impression d'avoir fait ça toute sa vie. 

Cela étant dit, j'ai regretté : 

- le fait que les quatre personnages ne soient pas traités de manière égale : Margido, notamment, reste assez mystérieux à mes yeux, je n'ai pas l'impression de bien le connaître, même après la lecture des deux tomes (peut-être dans le troisième ?) ;

- le fait que le rebondissement final du premier tome ne soit finalement pas plus exploité que ça (alors qu'il était très prometteur !) ; 

- l'absence de véritable avancée dans l'intrigue... sauf la fin (je n'en dis pas plus, mais elle est frappante). 

Il va sans dire que j'ai hâte de lire le troisième volume, malgré ces petites déceptions. J'espère que mes attentes seront comblées avec la fin de la trilogie.