Science-fiction et contre-utopies en dix romans

Attaquons-nous à présent à une autre thématique archi-classique : la science-fiction, et, pour élargir, l'anticipation et les contre-utopies. J'ai mêlé ces trois sous-genres que je trouve proches, car ils ont à mes yeux comme point commun de faire réfléchir les jeunes lecteurs (et les moins jeunes) à notre société actuelle, en campant leur action dans des sociétés futuristes ou intemporelles. 

Je progresse dans mes listes, car ici il n'y a que deux titres que je n'ai pas lus ! A savoir, Felicidad de Jean Molla, mais dont on entend souvent parler quand on parle de science-fiction adolescente, et Des ados parfaits d'Yves Grevet (un auteur que j'ai aimé dans la trilogie Méto, notamment). Précisons que ce dernier, d'une centaine de pages, est publié dans la collection "Mini-Syros" : je pense donc qu'il s'agit d'une lecture bien plus facile que les autres - mais il en faut toujours dans une liste. 

Pour plus de simplicité, voici comment peuvent se classer ces dix romans : 

Science-fiction / anticipation (pouvant donc correspondre au thème complémentaire "Progrès et rêves scientifiques" de la classe de troisième) : 

Jenna Fox, pour toujours, sur le thème des greffes d'organes ;
Uglies, sur la chirurgie esthétique ;
Terrienne, dans lequel apparaît un monde parallèle où tout est assisté scientifiquement ; 
Des ados parfaits, sur le clonage ;
Théa, pour l'éternité, sur l'immortalité ;
Felicidad, sur les créations génétiques ;
Les fourmis, sur l'invention d'une communication entre humains et insectes ;
No pasaran, le jeu, où un jeu vidéo se change en réalité virtuelle (on est proche du fantastique dans ce roman). 

Dystopies (pouvant être proposées, en troisième toujours, en ouverture du thème "Dénoncer les travers de la société" et "Progrès et rêves scientifiques") : 

Le combat d'hiver, se déroulant dans une époque indéterminée ;
Le passeur, se déroulant dans le futur, mais sans mention explicite d'une invention ou d'un progrès scientifique.

Cette lecture cursive se prête très bien, parfaitement, aux fameuses bandes-annonces de livre, dont je vous parlais il y a quelques années (sans avoir encore pu les tester, hélas). De par les thèmes profonds, "résistants" comme diraient nos formateurs, elles peuvent aussi servir de support à des sujets de réflexion. L'extrait du Passeur présentant la cérémonie d'attribution des métiers peut faire réfléchir les élèves à l'importance du choix et de la liberté pour sa vie d'adulte ; Uglies peut permettre de poser la question aux élèves : "Et vous, choisiriez-vous de subir cette opération chirurgicale ?" ; un passage choisi dans No pasaran pour illustrer le personnage fasciste qu'Andreas devient dans le jeu peut les faire écrire sur la question de l'amitié et des apparences

Bref, beaucoup de pistes, et des lectures passionnantes, même quand on n'est plus en troisième ! Bon travail, et surtout bonnes lectures !