P1030163 (2)

Oui, alors, bon, ça fait un petit moment que je l'ai fini, ce roman de la rentrée littéraire 2016 (celle de septembre)... Mais il serait temps de changer la photo "Lecture en cours", quand même !

Rapidement, donc, car mes souvenirs sont un peu lointains, j'ai plutôt aimé ce roman original sur la guerre, dans lequel les narrateurs sont des objets. Objets militaires (chaussure de combat, gilet pare-balles...), objets du quotidien (miroir, basket, verre de bière...), objets utiles aux attaques des talibans (sac d'engrais, pile électrique...), mais aussi matériel médical : garrot, prothèse... Car le personnage principal - mais pas narrateur, donc - est un jeune capitaine britannique qui, pendant une patrouille nocturne en Afghanistan, marche sur une mine et perd ses deux jambes.

La narration par les objets, chacun à leur tour dans des chapitres de quelques pages au maximum, a des avantages et des inconvénients. Les avantages résident dans la mise à distance : non seulement ce n'est pas le principal concerné qui raconte, mais ce ne sont pas non plus des humains ayant partie prenante dans sa vie. Les émotions inévitablement associées à une telle histoire sont donc habilement et originalement traduites par les micro-histoires de ces objets qui, d'une manière ou d'une autre, ont jalonné l'existence du capitaine Tom Barnes. Le tout se fait avec beaucoup d'authenticité : l'histoire est peu ou prou autobiographique, Harry Parker a lui aussi été soldat et amputé des deux jambes. L'inconvénient que j'ai trouvé à ce choix est le morcellement narratif qui en découle. Dans la première partie surtout, où on passe en un chapitre d'une histoire concernant les Anglais à une histoire concernant leurs ennemis, j'ai parfois eu du mal à suivre. Une fois le capitaine rapatrié, tout se concentre autour de sa thérapie, cela devient plus simple.

Un beau roman, donc, qui réussit à ne pas donner l'impression d'une énième lecture sur la guerre, les talibans, les chocs post-traumatiques, alors que ces thèmes ont pourtant été maintes fois abordés dans la littérature de ces dernières décennies.