La petite Mu qui plume

09 octobre 2019

Axl Cendres n'écrira plus

Voilà, j'ai découvert cette nouvelle absolument par hasard, me tenant peu au courant de l'actualité en ce moment. Axl Cendres, auteure phare des éditions Sarbacane en littérature adolescente, est décédée il y a une semaine. Il n'y aura plus de prochain roman. 

Pour une présentation détaillée de l'auteure, je vous renvoie à la présentation du site des éditions Sarbacane ; pour un article d'hommage après sa mort, lisez Le Monde

Pour ma part, je n'ai lu qu'un seul roman de cette écrivaine, mais, wahou, quel roman ! 

P1030126 (2)

Il s'agissait de Dysfonctionnelle, un roman sur la famille, sur l'amour, et sur bien d'autres choses, avec des personnages hauts en couleur voire franchement déjantés. J'en ai parlé ici il y a quelques années

Cet article n'a pas d'autre but que d'attirer votre attention sur l'oeuvre, hélas trop courte, de cette auteure, et d'ajouter une toute petite pierre à l'édifice des hommages qui ne manquent pas de fleurir ici et là, entre blogs, pages culturelles des magazines et réseaux sociaux. De mon côté, ces hommages m'ont permis de découvrir les titres les plus récents, dont Coeur battant, une oeuvre... sur la mort, mais qui, je n'en doute pas, doit contenir cet élan de vie qui caractérise l'écriture d'Axl Cendres. 


07 octobre 2019

Mes aventures pédagogiques, épisode 6

Deuxième activité lancée l'année dernière : les Brigades d'Intervention Poétique ! 

Action très répandue pendant la quinzaine du Printemps des Poètes, je l'avais vue en tant que spectatrice mais ne m'étais encore pas lancée avec mes élèves. C'est chose faite, et ce sera chose refaite cette année, sinon tous les ans, car l'investissement est minime et le plaisir des élèves, souvent maximal !

Pour ceux qui découvrent les B.I.P., en voici le principe : on envoie des élèves réciter un texte poétique dans une autre classe que la leur, voire dans n'importe quel lieu de l'établissement (self, secrétariat, bureau de la direction...). 

En amont, on sélectionne quelques poèmes (4 par exemple), pas trop connus ni trop difficiles, éventuellement en rapport avec le thème du Printemps des Poètes si l'on souhaite s'inscrire dans l'événement, mais ce n'est pas une nécessité. On présente les textes aux élèves ; au choix, on en fait une véritable étude si l'on en est justement à la séquence sur la poésie, sinon on se contente d'une explication générale, pour s'assurer de la compréhension globale des textes par les élèves, et on élucide tout vocabulaire difficile (y compris sa prononciation). On met les élèves par binôme ou trinôme, et on attribue un poème à chaque groupe. (Plusieurs groupes récitent donc le même poème.) Pour ma part, j'ai laissé une grande liberté aux élèves, qui pouvaient choisir leurs partenaires ainsi que leur poème, mais on peut aussi être plus directif si l'on pense que les élèves auront du mal à s'associer ou qu'ils risquent de prendre tous le même poème (le plus court). 

On peut consacrer quelques séances à l'entraînement. J'ai choisi (sur les conseils d'une amie) de faire réciter deux ou trois groupes à chaque début de séance pendant deux semaines, et de refaire passer les groupes les plus fragiles. 

En parallèle, le travail du professeur organisateur :

1°) Demander l'accord de son chef d'établissement (dans la mesure où des élèves sont amenés à circuler dans les couloirs) ;
2°) En parler aux collègues et faire la liste de tous ceux qui acceptent de recevoir des élèves dans l'une de leurs classes ;
3°) (Le plus ingrat) Se procurer l'emploi du temps de tous ces collègues et répartir les groupes (en tenant compte de certaines contraintes, pas d'élèves trop timides dans des classes un peu agitées par exemple). 

Une fois cette répartition faite, on annonce aux élèves quel jour et avec quel professeur ils passeront (mais le plus tard possible pour qu'ils ne focalisent pas sur cela au lieu de préparer correctement leur récitation). En effet, toujours sur les conseils de mon amie, je n'ai pas fait passer tous mes élèves le même jour : déjà, pour qu'il y ait moins d'agitation, ensuite pour que les prestations s'étalent sur une semaine et que cela fasse vivre davantage l'événement poétique dans le collège. Chaque jour où mes élèves avaient cours avec moi, deux ou trois groupes d'élèves partaient en début de cours faire leur récitation, puis revenaient. Le tout durait souvent moins de cinq minutes, si le poème était court et la destination pas trop loin. Au maximum, les élèves sont amenés à s'absenter du cours dix minutes. 

Bilan de l'activité : un bon succès, à la fois du côté de mes élèves et de celui des professeurs qui les ont vus. 

A revoir cependant : j'aurais dû consacrer un peu plus de temps à l'analyse, du moins l'explication des poèmes. Je l'ai fait, mais visiblement pas assez pour certains élèves qui ont eu du mal à trouver le ton juste, adapté au contenu et à l'esprit du poème. Cette année, je ferai donc coïncider ce projet avec ma séquence sur la poésie, et les textes récités auront donc été travaillés en classe entière.  

Posté par lapetitemu à 21:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 octobre 2019

En route vers la propreté !

P1040621

Je n'aime pas tellement cette expression, "apprendre la propreté" (ma fille a beau porter des couches, elle est très propre, elle s'essuie les mains si elle a un millimètre carré de yaourt sur les doigts), mais j'ai compris que les livres portant sur le sujet deviennent incontournables à un certain moment. Ici, on en est à peine à l'explication de ce qu'est un pot. Pourquoi pas découvrir par la lecture, comme souvent avec les enfants ! 

Il existe tellement de titres sur le sujet que je me suis lancée un peu au hasard. Le premier, Qu'y a-t-il dans ta couche ? , a été repéré sur le site de Décitre. Le deuxième, Et mon caca ?, aperçu sur les rayonnages des livres cartonnés dans la librairie du coin. Coup de coeur pour le deuxième, petite déception pour le premier. 

La déception est d'abord une erreur liée au fait d'avoir commandé le livre sans l'avoir en main. Il est plus grand et plus fragile que je ne le pensais (pourtant, j'avais lu la mention "avec des rabats" sur la couverture, mais j'avais dû zapper l'information). Du coup, je ne suis pas sûre de pouvoir le mettre tout de suite entre les mains de ma fille (expérience déjà tentée avec d'autres livres non cartonnés et avec des rabats : elle a beau être délicate, un instant de vivacité est fatal pour le livre). Sinon, il est assez rigolo, avec cette petite souris curieuse qui demande à regarder dans la couche de tous les animaux qu'elle croise : 

P1040624            P1040625

 

A la fin (attention, spoiler), quand tous les animaux réunis demandent à leur tour à la souris ce qu'il y a dans sa couche, surprise ! Il n'y a rien... parce qu'elle, elle fait ses besoins sur un pot, bien sûr ! Et la ribambelle d'animaux de la ferme de s'asseoir chacun sur un pot : image plutôt cocasse et (j'espère) incitative, pour l'enfant, à reproduire la scène. 

Ce qui m'a déçue là-dedans, c'est en fait que l'histoire ressemblait trop à l'autre album, Et mon caca ?, que j'avais acheté et montré à la poupette en premier, mais avec un texte moins travaillé (trop de mots, un mélange de ton entre des mots de bébé, "beurk", "caca", et des expressions qu'on utilise peu ou pas avec un enfant, comme "faire ses besoins"). 

Et mon caca ?, lui, associe défécations et poésie, et c'est très réussi ! Je vous laisse découvrir par vous-même : 

P1040622

P1040623

 

Vous avez compris l'idée. Les dessins ne sont pas dans le style que je préfère, mais l'association avec ce texte tout en mélodie m'a bien plu. Et ce premier livre sur le caca de notre bibliothèque plaît également beaucoup à ma fille. C'est drôle car j'ai l'impression que, jusqu'à présent, elle n'associait pas vraiment le mot "caca" à une image (en même temps, on ne lui a jamais mis une de ses couches sous les yeux pour lui montrer ce que c'était). Là, cela lui permet de le faire, et en même temps de s'amuser avec les différents animaux. 

Le livre se termine comme il se doit par une petite fille et son pot. On est donc bien dans la thématique de la propreté. 

Et vous, quels sont vos coups de coeur "pipi/caca/pot" ?

Posté par lapetitemu à 12:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

"Regarde...", une collection de chez Nathan

De manière générale, Nathan, j'aime beaucoup. Il y a vraiment quelque chose de spécial avec cet éditeur, même leurs manuels scolaires sortent des terrains battus (je pense à la collection Terre des lettres, rédigée avec une certaine audace par Véronique Marchais et Catherine Hars, et acceptée par Nathan malgré des partis pris qui s'éloignent parfois des modes pédagogiques et directives officielles).
 
Les albums "Regarde..." sont, je trouve, très représentatifs des objectifs de l'éditeur.
 
Un visuel travaillé
 
Ils reprennent plusieurs codes des collections jeunesse de Nathan, notamment la fameuse écriture cursive grasse et noire, belle, lisible et régulière, qu'on retrouve partout, dans les Kididoc, les livres de comptines, et aussi les T'choupi.

 P1040613

Les couleurs sont franches, choisies dans une palette volontairement limitée pour travailler les contrastes et toucher ainsi les tout-petits. Quatre tons maximum par livre : une couleur principale pour les décors, une autre pour les personnages, du noir pour plus de contraste, et de l'argenté pour plus de richesse.

P1040611

 
En vedettes des illustrations, beaucoup d'animaux, valeur sûre pour les tout-petits. Les animaux de la neige, de la forêt, de la nuit, du ciel, et des animaux aussi pour représenter les humains : un panda pour maman, les animaux de la savane pour papa. (D'ailleurs, maintenant, pour ma poupette, n'importe quel panda de n'importe quel livre, c'est toujours maman :-D)
 
Pour ce qui est des décors, certains sont plus riches que d'autres. Mon préféré est Regarde c'est maman... mais je vous jure, pas seulement parce que c'est maman :-). J'adore surtout l'inspiration asiatique (d'où les pandas), avec beaucoup de petits détails, les feuilles, les papillons, toutes les fleurs des arbres, parfois blanches, parfois roses, parfois argentées. Je n'ai pas l'album, mais Regarde dans la mer a l'air lui aussi foisonnant.
 
Les images sont toutes signées Emiri Hayashi, qui a aussi illustré les Bébé Loups chez Nathan, et d'autres titres chez beaucoup d'éditeurs jeunesse.
 
 
Un texte propice à l'éveil à tout âge
 
Deux lignes par page, c'est juste ce qu'il faut pour le retenir facilement. Comme tout livre d'éveil qui se respecte, il y a des répétitions, des jeux sur les sons, un vocabulaire simple.
 
Parfois, il y a une histoire avec des étapes, comme la journée de petit panda avec sa maman. Parfois, une simple énumération des choses à observer. Certains albums seront aussi utiles, dans un second temps pour apprendre à compter : c'est le cas de Regarde dans la neige ou de Regarde dans la nuit.

P1040612

Ainsi, comme souvent, ces albums intéresseront d'abord les tout-petits pour leurs images, et sauront ensuite leur plaire par ce qu'ils découvriront dans le texte.
 
A regarder, à écouter et à toucher
 
Ces albums sont grands : peut-être un peu difficiles à manier pour les plus petits, mais cette grande taille permet aux couleurs de s'étaler dans toute leur clarté. Comme je l'ai dit, des jeux de lumière s'ajoutent aux couleurs, avec toujours quelque chose qui brille sur les pages. Et, discrètement, certains personnages ou éléments du décor sont doux au toucher, avec un petit velours légèrement en relief. Des albums qui se lisent donc autant avec les yeux qu'avec les doigts.
Une collection en plein essor
 
Les premiers albums sont sortis en 2016. Chaque année, d'autres sont apparus. (Petit détail amusant, pour une fois, Maman est sorti après Papa.) Les plus récents sont le ciel et la forêt. Un dernier né est à paraître le 3 octobre : Regarde autour du monde. La dimension sonore a aussi été explorée avec un Ecoute dans la nuit, du même illustrateur, décrit ainsi par l'éditeur : "Un livre sonore avec des sons doux, des rimes, une berceuse finale pour apaiser bébé au moment du coucher".
 
Ici ce sont des livres très appréciés, en particulier Maman et Papa, lus et relus avec toujours le même plaisir.
 
De très bons livres d'éveil à ajouter à la bibliothèque !

Posté par lapetitemu à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

30 septembre 2019

Ilya Green : Mon bébé

J'avais découvert Ilya Green il y a quelques temps déjà. Je savais notamment qu'elle illustrait de nombreux albums chez Didier Jeunesse, par exemple les livres musicaux que j'aime beaucoup.
A la naissance de ma fille, une amie m'avait offert Les petits amis de la nuit. Une histoire que nous avons lue et relue - et que j'aime beaucoup parce que je trouve que le personnage ressemble beaucoup à ma poulette, avec son nez retroussé et ses bouclettes !
Dans ma quête de jolis livres cartonnés sans fioritures, ni matières à toucher, ni rabats, ni musique, je suis tombée sur ce nouveau titre d'Ilya Green : Mon bébé.

Mon bébé

 
Une histoire bien de son âge
 
En effet, le livre raconte tout simplement l'histoire d'une petite fille qui n'arrive pas à faire dormir son bébé. Plus elle essaie, plus le bébé est fatigué, plus il devient tout rouge !
 
Et quand mon bébé est fatigué, il n'est pas content.
 
Si votre enfant, comme la mienne, a un poupon à la maison, l'identification est facile et rapide : pour ma poupette, la petite fille, c'est elle (et non maman), et le bébé de la petite fille, eh bien c'est son bébé à elle (ma puce a un poupon qui s'appelle sobrement "Bébé"). En plus, il y a un chat, et ça tombe bien, comme un grand nombre de foyers dans le monde, on a aussi un chat ! (En revanche, on n'a pas de canari, et pas trop de fourmis, en tout cas pas dans la maison.)
 
Et si votre enfant, comme la mienne, a tendance à faire des colères toutes rouges (que ce soit pour aller dormir, ou autre chose), l'identification est facile et rapide pour les parents qui lisent l'histoire !
 
C'est donc un livre sur les bébés, sur les jeux d'enfants, sur le dodo, et sur les colères. Tout en un, en quelques pages seulement !
 
Des illustrations made in Green
 
Moi, je suis fan d'Ilya Green. J'aime sa technique de couleurs vives et douces soigneusement choisies, ses personnages tout en rondeur, assez androgynes (c'est cependant moins le cas ici que dans Les petits amis de la nuit), ses pages épurées, avec juste le bon nombre de détails pour que l'enfant ne s'y perde pas. La couverture en montre déjà un bon aperçu.
 
Ici, c'est l'un des livres les plus appréciés de ma poulette... car Bébé, vraiment, c'est sacré.

Posté par lapetitemu à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


29 septembre 2019

Mes aventures pédagogiques, épisode 5

Parce que je ne suis pas que maman, et qu'après une période de réflexion sur mon avenir professionnel, j'ai choisi de persister - pour le moment - dans l'enseignement, voici un nouvel article sur mes projets de classe.

(J'en profite pour remercier les personnes qui m'ont écrit, pendant ces deux ans de parenthèses, à propos de certains articles, notamment sur les lectures cursives, et je les prie d'excuser mes réponses tardives ou mes non-réponses... ce que j'ai écrit plus haut en est l'explication : beaucoup de temps à être maman, et peu à être blogueuse, et un désintérêt passager pour le métier et ce qui s'y rattachait.)

Tout d'abord, retour sur l'année scolaire précédente. 

Un jeu de l'oie autour de L'Odyssée

J'ai repris un projet avorté dans mon ancien établissement, et, miracle venant de moi, je l'ai mené à bien ! 

Le principe dans les grandes lignes : réaliser un jeu de l'oie avec un plateau de 26 cases (en gros), comprenant des cases "épreuves", des cases "quizz" (piocher une question dans une pile), et des cases vides, en s'appuyant au maximum sur l'histoire de L'Odyssée , l'esprit général et les éléments culturels du texte. 

J'ai tout simplement compris qu'il fallait changer les paramètres de départ : plutôt que de constituer de petits groupes de 3 ou 4 élèves, leur confiant la réalisation d'un jeu de A à Z (dessins, préparations des questions et des épreuves, etc...), il est beaucoup plus adapté de travailler par effectif plus nombreux. J'ai profité de nos heures d'aide personnalisée en demi-classe. Chacun de mes demi-groupes (donc une quinzaine d'élèves) réalisait un jeu complet, et les rôles étaient répartis entre les élèves. Ainsi, certains étaient dessinateurs, d'autres calligraphes (pour tout ce qui devait être écrit à la main), d'autres concepteurs de questions, d'autres informaticiens (pour saisir puis mettre en forme les questions), et enfin, dernier groupe à ne pas négliger, les bricoleurs (pour découper, coller, fabriquer les pions, les dés...). 

Concrètement, nous avons consacré 6 séances d'AP, chaque séance se déroulant ainsi : 

1°) Une première phase collective : chaque semaine, le groupe entier se mettait d'accord sur quelques épreuves du parcours. Cela consistait à faire récapituler aux élèves les étapes du voyage d'Ulysse (par exemple, à la première séance : de quelle ville part Ulysse ? Quel est le premier peuple qu'il rencontre ?) et, à chaque fois, de leur demander si cette étape était adjuvante ou opposante pour le héros. Une fois les réponses obtenues, trois élèves au maximum proposaient une épreuve : reculer de trois cases, relancer le dé, accomplir un gage... On votait à main levée pour choisir l'épreuve, je la transformais en consigne claire et courte, et un secrétaire de séance la recopiait sur une feuille de route. 

Intérêt pédagogique de cette phase : j'ai essayé de guider les élèves pour que l'épreuve choisie soit la plus adaptée possible à l'esprit de l'épopée. Poussés à la réflexion, les élèves ont ainsi eu de jolies idées : sur la case départ, faire un trois pour avoir le droit de commencer (moi : "Mais, pourquoi un 3 ? Normalement, c'est plutôt un 6, dans les jeux, non ?" L'élève : "Ben, madame, c'est la case de Troie !") ; pour Charybde et Scylla, une épreuve en forme de dilemme (soit on choisit Scylla, et on recule automatiquement de 6 cases, soit on choisit Charybde, on lance le dé, et selon le résultat, on reste sur sa case...ou on retourne à la case départ). 

2°) Une seconde phase individuelle : chaque élève avance dans le rôle qui lui est confié. Les dessinateurs viennent chercher sur une table de petites cases découpées sur lesquelles ils dessinent la scène, les calligraphes recopient les épreuves directement sur le plateau, les concepteurs de questions les rédigent au brouillon puis les confient aux informaticiens qui les tapent à l'ordinateur (un ordinateur suffit, on peut travailler dans une salle de cours ordinaire si elle est équipée d'un poste pour le professeur), et les bricoleurs bricolent ! Evidemment, les rôles peuvent varier à la marge si certaines tâches demandent plus de travail que d'autres. 

Intérêt pédagogique : permettre à chaque élève de s'accomplir dans quelque chose qui lui correspond. Généralement, les dessinateurs et les bricoleurs sont très fiers (et aussi très talentueux : j'ai eu des scènes superbes et détaillées, et des pions en origami miniatures absolument bluffants !). Il faut aller les voir régulièrement pour les amener, là aussi, à suivre de près le récit étudié : on ne dessine pas les Sirènes avec une queue de poisson, on relit le texte pour représenter Scylla, on fait des recherches pour savoir à quoi ressemblerait le lotus des Lotophages... Même chose pour les questions : j'ai fini par créer des catégories (vocabulaire, culture, oral...) en proposant des modèles, sinon les élèves partaient dans tous les sens, ou posaient tous les mêmes questions (Comment écrit-on anthropophage ? De quelle année date L'Odyssée ?) ( et comment leur faire comprendre que cette dernière question n'a pas de sens dans le contexte !...)

Enfin, le plus gros travail fut de finaliser l'objet-jeu : là, je reconnais, c'est Bibi qui s'y est collée... une soirée de boulot à en avoir le tournis à force de chercher le bon dessin qui va sur la bonne case, d'imprimer les bonnes questions qui vont avec le bon jeu... Je m'étais (comme toujours) compliqué la tâche car je voulais que chaque jeu (plateau + pions + dés + questions) soit réalisé en plusieurs exemplaires pour faire jouer les élèves par petits groupes de 4 élèves maximum. 

Une fois la réalisation terminée, la dernière séance est évidemment consacrée au jeu. Je n'avais pas trop idée du temps d'une partie ; il s'est avéré qu'en une demi-heure, les élèves finissaient facilement. Chaque petit groupe de 3 ou 4 a donc fait une première partie avec un jeu qu'ils n'avaient pas réalisé, puis une deuxième partie avec leur propre jeu. On a ensuite voté pour les meilleurs jeux : le plus joli, et le plus drôle concernant les épreuves. 

Bilan de l'activité

Un travail lourd, tant dans les heures consacrées en classe (6 semaines d'AP sans pouvoir travailler autre chose, c'est beaucoup) que dans les heures passées ensuite à finaliser l'ensemble. Un objectif atteint : donner goût aux élèves de créer quelque chose collectivement à partir d'un livre étudié en classe. C'est sûr, ils se sont bien amusés, à la fois à préparer, puis à jouer. En revanche, je n'ai pas réussi à les canaliser suffisamment sur le texte. Je ne peux donc pas affirmer que les élèves ont mieux compris L'Odyssée avec cette activité (ce qui était quand même l'objectif initial). 

J'ai donc choisi de ne pas reconduire le projet cette année ; en revanche, je dispose maintenant de quatre beaux plateaux de jeux dont je n'hésiterai pas à me servir avec mes élèves actuels pour lancer ou clore (j'hésite) ma séquence sur les aventures d'Ulysse. 

Posté par lapetitemu à 15:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 septembre 2019

"Mon petit livre sonore", une collection Didier Jeunesse

P1040164

Les livres à sonores à puces, on peut trouver cela magique tant il est simplissime pour l'enfant de se l'approprier, ou justement appauvrissant dans la mesure où il n'apprend rien d'autre qu'à appuyer sur un bouton. Mais on aura beau dire, cela reste un incontournable des bibliothèques pour tout-petits.
 
Parmi la multitude de collections disponibles sur le marché, j'ai découvert en premier celle de Didier Jeunesse, à l'époque où je me faisais envoyer des titres. C'étaient les tout débuts de la collection "Mon petit livre sonore". Depuis, le catalogue a été multiplié par dix. Et je suis restée une fan absolue.
 
 
Des sons précis et agréables
 
Contrairement à d'autres collections (celles de Gründ pour ne pas les citer), les sons ne sont jamais criards et restent authentiques, qu'il s'agisse de bruits de la nature ou d'instruments de musique. Quand l'éditeur annonce sur son site "des puces sonores de très grande qualité", ce n'est pas une publicité mensongère.
 
Pour les livres abordant la musique, les extraits sont suffisamment longs pour que l'enfant découvre et apprécie les mélodies de Mozart, Saint-Saëns ou maintenant Chopin.
 
 
Des thèmes variés et parfois originaux
 
Le premier domaine de prédilection de la collection a été les lieux et les environnements : un livre sur la mer, un autre sur la forêt, puis se sont ajoutées la ville, la campagne, la montagne, et tout récemment, le ciel. Le tout-petit découvre des sons bien connus des livres pour enfants (les vaches à la campagne, les clapotis de la mer...) et d'autres plus inattendus (les klaxons de la ville, des bruits de pas, les frottements des petites bêtes dans la forêt...).
 
La collection a ensuite exploré la musique classique, en prenant le parti de mettre en avant les instruments : le petit Je découvre Mozart et ses instruments présente ainsi quatre morceaux, chacun interprétés par un instrument soliste, et la dernière page fait jouer ... qui rassemble tous ces instruments. Le Carnaval des animaux reprend le même schéma. Je n'ai pas encore pu écouter Chopin ni les Berceuses classiques qui ont fait disparaître de leur titre la mention "et les instruments, changeant donc peut-être de formule. Et j'ai hâte de me procurer deux titres récents qui s'intéressent au jazz et, plus original, aux comédies musicales. Les éditions Didier Jeunesse étant réputées pour leurs livres musicaux en général, on ne prend guère de risque à découvrir leurs nouveaux titres.
 
Troisième catégorie de la collection, EXTRÊMEMENT appréciée à la maison, c'est celle des "Ecoute Papa qui...". Des scènes de la vie quotidienne, mêlant activités partagées comme le jardinage ou la promenade au parc et découverte des animaux (les animaux, une valeur sûre chez les tout-petits). Petit bémol, mon mari reproche à ces livres, comme la plupart de ceux qui mettent en scène les papas, de les rendre un peu ridicules à force de vouloir les humaniser. En effet, Papa marche sur la queue du chat, il a peur des grosses vaches... On a certes fait des progrès depuis l'époque des papas qui ne font que conduire des voitures, voire sont absents des albums pour enfants, mais le chemin reste à faire pour une parfaite équité de traitement entre les mamans et les papas.
 
Je ne connais pas bien la collection sur les comptines, j'ai seulement vu dans le catalogue qu'elle explorait largement le monde, les comptines françaises célèbres comme "Le Roi Dagobert" côtoyant des comptines créoles, brésiliennes, en anglais...
 
Différents styles d'illustrations
 
Selon les catégories de la collection, les différents illustrateurs ont offert leur touche personnelle.
 
Eva Offredo illustre avec vivacité les livres sur les environnements naturels. Des couleurs franches, des contours marqués, des lignes courbes : tous les ingrédients sont réunis pour plaire aux plus petits lecteurs (mis entre les mains de ma fille dès 6 mois). J'ai particulièrement apprécié un détail qui différencie la collection des autres : les puces sonores sont parfaitement intégrées dans un élément de l'illustration, comme si elles y avaient leur place naturelle.

P1040618

 
Delphine Renon accompagne tout en douceur les livres musicaux. Du crayon, des couleurs très nuancées, des personnages rigolos et oniriques (il fallait quand même oser dessiner un fossile pour illustrer le douzième mouvement du Carnaval des animaux), et une composition soigneusement réfléchie pour que les pages se complètent et se répondent entre elles.
 
Charles Dutertre, bien connu en littérature jeunesse, sait s'y prendre pour les scènes de la vie quotidienne : ses personnages et ses décors sont conçus pour être amusants mais aussi faciles à identifier pour les enfants. Lui aussi a fait le clin d’œil d'intégrer les puces à un élément rond de son image.
 
Cécile Hudrisier illustre les comptines de manière à mettre la scène bien en valeur : de grands fonds colorés et unis, quelques personnages sur un décor simplifié, une technique parfois proche du collage.
 
 
Des livres infatigables, inépuisables, non épuisants !
 
Est-ce dû à leur conception ou la qualité des piles fournies initialement, en tout cas leur longévité semble plus importante que d'autres collections (Gründ, que je ne citerai pas plus que la première fois). En tout cas, malgré une fréquence d'écoute très, très élevée, il s'est passé de longs mois avant que je ne change les piles, quand ce temps est réduit à une semaine ou deux pour certains livres à puces.
 
Inépuisables, les Petits livres sonores le sont aussi dans leur lecture. A 6 mois, le bébé découvre les sons et appuie inlassablement sur les puces. A 12 mois, il connaît et reconnaît les bruits ou les mélodies et apprécie certaines pages plus que d'autres. A partir de l'apprentissage du langage, il s'éclate à identifier et nommer les moindres détails des illustrations, oubliant même parfois d'appuyer sur la puce. Comme ces illustrations sont riches, il y a beaucoup à voir, et on y découvre parfois des détails qu'on n'avait pas repérés avant. Ma poupette n'a pas son pareil, notamment, pour voir le tout petit escargot dessiné à l'envers et le pointer en hurlant (oui, en ce moment, ma poupette aime les escargots). Et moi de m'apercevoir qu'il y a des escargots partout, chez Charles Dutertre, chez Eva Offredo, et même dans certains livres musicaux.
 
Et, comme je le disais plus haut, la grande qualité d'écoute permet aux adultes de supporter les lectures multiples... !

P1040619

 
Ici, le top 3 est actuellement :
1°) Ecoute Papa qui jardine et qui joue : l'un des derniers arrivés, c'est le grand chouchou !
2°) Dans la forêt des drôles de bruits : écouté depuis plus d'un an, on cherche les escargots, on fait "Chuuuuut" pour les petites bêtes, on chante "Coucou" avec le coucou...
3°) Le Carnaval des animaux : on écoute les musiques, on secoue la tête en rythme, on observe les drôles d'animaux, qu'on reconnaît ou pas (j'attendrai un peu avant d'expliquer ce qu'est un fossile!). 
A mettre entre toutes les petites mains !
 
Et sinon, parfois, j'aime bien aussi Gründ :-)
 
Je trouve les sons moins agréables, un peu courts parfois, mais il faut reconnaître que l'étendue de leur collection permet de faire découvrir plein de choses aux petits curieux, des comptines au reggae, en passant par la méditation, Erik Satie et Henri Dès. On ne trouvera pas ailleurs autant de diversité. Et leur format tout carré est un peu plus maniable et facile à transporter que les rectangles de Didier Jeunesse.
 
Chez Gründ, j'ai aussi craqué pour le "concert sons et lumières" de Mes grands airs de musique classique : la lumière, bon, c'est assez simpliste quand même, de petites leds qui s'allument plus ou moins en rythme avec la musique, mais les morceaux choisis sont de beaux morceaux (Tchaïkovski et le bal de La belle au bois dormant, Vivaldi et les orages de L'été, le magnifique Nocturne de Chopin judicieusement placé en fin d'album pour accompagner doucement l'enfant vers le coucher...).

P1040617

 
A vous de choisir maintenant !

 

22 septembre 2019

D'une petite Mu à une encore plus petite Mu

P1040609

Chut ! Je lis...

Dans mes toilettes, sur le canapé avec maman Mu, par terre au milieu de mes jouets, avec ou sans musique, en couleurs ou en douceur, des livres de tout-petit ou des livres piqués chez les grands... 

Je ne suis pas MiniMu pour rien. 

J'ai pas mal accaparé Maman Mu depuis bientôt deux ans... et si je la laissais reprendre la plume, un petit peu ? 

Elle a tant à dire ! Si elle a lu moins de "livres pour les grands", et même de "livres pour les jeunes", elle a découvert en revanche beaucoup de choses pour les petits. Et elle a envie de vous en parler. Tout en continuant de plumer sur tout et rien, et sur tout ce qui la passionne : la musique, l'éveil, le jeu, la culture, l'éducation. 

A sa plume ! 

Posté par lapetitemu à 19:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 novembre 2017

Andreï Makine : L'archipel d'une autre vie

P1030576

Comme je lis en décalage les romans de la rentrée littéraire 2016 (ce que j'expliquais il y a peu), j'ai donc retrouvé dans ma bibliothèque ce roman qu'on m'avait offert à Noël et que je n'avais pas encore lu. 

J'ai eu du mal à entrer dedans. Peut-être à cause du récit enchâssé ; le roman s'ouvre avec un premier narrateur dont je n'ai toujours pas saisi exactement ni l'âge (vraisemblablement plutôt jeune, étudiant peut-être), ni la nationalité (même si je suppose qu'il est russe), à peine l'activité (il apprend la géodésie en Extrême-Orient russe, au bord de la mer d'Okhotsk). Il se lance en exploration dans la taïga, seul, sur les traces d'un intrigant voyageur croisé au hasard à la descente d'un hélicoptère. Finalement ce voyageur, sachant très bien qu'il est suivi, finit par provoquer la rencontre avec le jeune géodésiste, et un long récit commence alors. Pavel, le voyageur, est un ancien soldat qui s'est lui aussi, il y a de longues années, retrouvé dans la peau du traqueur : avec quatre compagnons, il est chargé de retrouver dans la taïga un criminel qui s'est échappé de l'une des prisons du Parti.

A partir du moment où le récit de cette traque-là se met en place, j'ai été captée. On comprend vite que les sentiments des cinq soldats à l'égard du fugitif sont partagés ; certains sont en quête de succès, de mérite, de récompense, voire sont excités par cette chasse à l'homme, tandis que d'autres commencent à prendre en pitié cet évadé qui semble à certains moments plus misérable que dangereux. Pavel, lui, est traversé par ces différentes pensées. C'est lui seul qui ira jusqu'au bout, ses compagnons étant contraints d'abandonner les uns après les autres, pour cause de blessures. Au cours de cette traque, il ira de découvertes en découvertes : sur sa proie, mais aussi sur lui-même, voire sur la vie. La vie dans ses bons moments, qui tire à Pavel cette réflexion, suite à une veillée avec ses compagnons : "Cette nuit-là - je le comprendrais plus tard - nous étions au plus près de ce qu'il y avait en nous de meilleur." Et dans les pires aussi, comme en parle Vassine, le soldat dont Pavel se sent le plus proche, qui a été emprisonné, après avoir perdu sa femme et son fils pendant la guerre : "Libéré, j'ai compris que le plus simple était de me tuer. Je ne l'ai pas fait, car il m'arrivait de faire des rêves où je voyais ma femme et notre garçon. Je n'étais pas sûr de garder cette chance après la mort."

Un roman que je n'aurais pas choisi de moi-même, mais qui m'a plongée, l'espace de quelques deux cent cinquante pages, dans un univers qui m'était méconnu, dur et intense à la fois, et qui fait réfléchir sur la vie et ses choix.

Posté par lapetitemu à 16:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 novembre 2017

Shalala cut papers

Shalala cut papers

© Valentine Louafi 

Cela faisait longtemps que la petite Mu ne vous avait pas présenté des talents à découvrir... Aujourd'hui, c'est le tour de Valentine Louafi, une artiste spécialisée dans le paper cutting, ou papier découpé en français. Car, oui oui, ce que vous voyez sur la photo ci-dessus, ce n'est ni du dessin, ni de l'encre, ni de la gravure, mais bien une feuille de papier, noire ou blanche selon les oeuvres, découpée d'un seul tenant (et j'insiste là-dessus !) de manière à rendre visible la couleur opposée placée en dessous, et, ainsi, de faire apparaître une image. Si vous tenez l'une de ces oeuvres entre vos mains, vous pouvez vérifier : une seule et unique découpe, aucun raccord. La minutie et la précision des traits sont impressionnantes. 

J'ai la double chance de compter une artiste-qui-coupe-du-papier parmi mes amies, une amie d'enfance de mon mari plus précisément, et d'avoir un mari attentionné et expert en surprise. J'ai ainsi eu le plaisir de recevoir, à Noël, un Snufkin (personnage musicien de mes Moumines adorés) encadré, dont mon chéri avait trouvé le modèle sur un petit agenda japonais, que j'avais montré ici

P1030667

Et il y a quelques semaines, on monte d'un cran, avec un genre dans lequel l'amie en question s'est rendue experte : les portraits. A force de fredonner Renaud à longueur de temps depuis l'annonce de ma grossesse, mon chéri de mari a eu l'idée de "m[ettre] sur l'mur / Au-dessus du berceau / Une photo d'Arthur / Rimbaud"... 

P1030627    P1030628 (2)

Le berceau est plutôt un lit à barreaux, mais Rimbaud, lui, est vraiment Rimbaud, et alors là, matez un peu le travail d'orfèvre que notre amie artiste a su réaliser à partir de cette célèbre photographie du poète. Elle a ajouté un effet de profondeur en plaçant une feuille dorée un peu en arrière du papier découpé : quand le soleil entre dans la chambre et vient caresser le mur, Arthur s'illumine, et nos yeux aussi ! 

Détail de la découpe : 

P1030630 (2)

Un magnifique cadeau, doublé d'un message très émouvant que Valentine a publié sur sa page Facebook, en parlant de son amitié avec mon mari et de l'arrivée de notre puce. 

Valentine Louafi a exposé en France, en Angleterre, aux Etats-Unis... Vous pouvez la suivre sur Facebook, donc, ainsi que sur Instagram. Si vous voulez offrir à un proche un cadeau unique, n'hésitez pas à lui passer commande, le travail est parfait et la livraison très pro. C'est quand même bientôt Noël ! Je dis ça, je dis rien...

Posté par lapetitemu à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

10 novembre 2017

Sylvain Tesson : Berezina

P1030574

Ah, Sylvain Tesson ! Découvert il y a quelques années dans une émission spéciale de La Grande Librairie (oui, bon, vous allez croire que j'ai des actions à France 5 à force de vous parler de cette émission, mais c'est ainsi !) où il avait lu, en guise de livre préféré, des aphorismes d'un auteur que j'ai été incapable de retrouver malgré mes recherches. Un choix qui détonait parmi les autres propositions, et qui m'avait donné envie de découvrir le personnage. Ma première rencontre avec son écriture a été Dans les forêts de Sibérie, et ce fut un éclair. L'écrivain de la nature et de la culture entrelacées, désormais, pour moi, ce fut lui. J'ai ensuite essayé des nouvelles, S'abandonner à vivre : moins convaincue. Abandonnées en cours de route. Puis j'ai renoué avec sa magie avec Sur les chemins noirs, après avoir découvert (chez Yann Barthès cette fois ! Je varie les plaisirs télévisés !) qu'il avait connu un terrible accident, le privant temporairement de ses jambes. Et comme Sylvain Tesson ne fait jamais rien comme tout le monde, en guise de rééducation, il a traversé la France sur des chemins oubliés. Ben oui. Et ça donne aussi un livre génial. Je ne me suis pas encore procuré son journal, Une très légère oscillation, mais j'ai hâte, j'ai hâte ! Et puis il y en a tellement d'autres que j'aimerais découvrir... 

Aujourd'hui, c'est de son avant-avant-dernier récit de voyage (avant les Chemins noirs et le journal, donc) que je veux vous parler. Vous le savez déjà si vous avez parcouru régulièrement les colonnes de ce blog, j'aime les pays froids, leur neige, leurs grands espaces. Il était donc logique qu'après avoir séjourné au bord du lac Baïkal avec Tesson, je l'accompagne sur la route de la retraite de Russie. Encore un projet original conçu dans cet esprit atypique : rouler sur les traces de Napoléon, dans son retour de Moscou à Paris. Tesson, lui, le fait en side-car (un Oural, bien sûr), avec quelques amis, des Français et des Russes. Cette fois-ci, c'est un dialogue entre le présent et le passé, le voyage intérieur et le voyage lu, l'Histoire et la géographie, que nous livre Tesson. Il y a bien sûr des lectures dont il nous livre de nombreuses citations, mais leurs auteurs ne sont pas des écrivains de Littérature, mais des compagnons de voyage de Napoléon, notamment son grand écuyer Caulaincourt. Et j'avoue que, moi qui ne suis pas une grande lectrice d'essais historiques (exception faite pour certains sur la période médiévale qui me passionne), j'ai pris plaisir à plonger dans les détails les plus précis de ce célèbre échec de l'Empereur. Evidemment, cela permet à Sylvain Tesson de nombreuses réflexions sur le choc des cultures (les Russes face aux Français), l'humanité et l'animalité (il y a de très belles pages notamment sur le sort réservé aux chevaux pendant les batailles), et le pouvoir du voyage sur la méditation : 

"J'en étais persuadé : le mouvement encourage la méditation. La preuve : les voyageurs ont toujours davantage d'idées au retour qu'au départ. Il les ont saisies, chemin faisant. Leurs amis en font d'ailleurs les frais, cela s'appelle les récits de mon voyage. [...] Quand on se "branle" (selon l'expression de Montaigne pour désigner le voyage), l'échauffement du corps produirait de l'énergie spirituelle et contribuerait au jaillissement des idées."

Oui, parce que, cette fois-ci (contrairement aux Forêts), j'ai pensé à prendre des notes ! Indispensable pour retrouver ce style inimitable, mêlant réflexion, culture (Tesson serait-il plus cultivé que la moyenne ?...) et humour décapant. Allez, je vous propose d'autres morceaux choisis. Pour sourire, et s'instruire en même temps : 

"En Russie, on compte en grammes l'alcool que l'on boit. Un petit verre : 50 grammes. Un gros verre : 100 grammes. Une matinée bousillée : 500 grammes."

"[Le Mal napoléonien] Titre du brillant (mais sujet à débat) livre de Lionel Jospin [...], lequel partage avec l'Empereur le fait d'avoir raté une campagne."

Pour réfléchir : 

"Un haut lieu, c'est un arpent de géographie fécondé par les larmes de l'Histoire, un morceau de territoire sacralisé par une geste, maudit par une tragédie, un terrain qui, par-delà les siècles, continue d'irradier l'écho des souffrances tues ou des gloires passées. C'est un paysage béni par les larmes et le sang."

Et pour la beauté de la formule : 

"La lumière de l'été, brouillée par la vapeur, allaitait jour et nuit les côtes de Baffin."

Sylvain Tesson, c'est tout ça à la fois, et bien plus encore. Ses livres, il faut les dévorer et les savourer en même temps - difficile exercice. Ils sont toujours trop courts, mais laissent une saveur bien au-delà de la dernière page. Un bien grand auteur, qui semble avoir tout compris à l'écriture. Si avec ça vous ne vous lancez pas !... 

Posté par lapetitemu à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 novembre 2017

Vivent mes lecteurs !

CONCOURS BIS

Clôture du concours le 10 décembre !

Posté par lapetitemu à 10:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,